Les Performances

 Identité Sportive 

Radhouane BOUSTER

Radhouane BOUSTER

Année naissance : 1954
Club origine  : Dammarie Lès Lys (77)
Catégorie : Vétéran 2 (Saison 2003-2004)

 

 

 

Mon Palmarès

 

  Champion du Monde de cross par équipe   (Glasgow)

1978

18ème

     

  Vainqueur du cross du Figaro  

1978  
     

Vainqueur de la 54ème Édition de la 
 
CORRIDA de SAO PAULO  
(Brésil)

1978

8,9 km
en 23' 51'' 6
soit 22,38 km/h

     

  Vainqueur de la CORRIDA de HOUILLES  

1981  
     

  Champion de France 5.000 m  

1980 - 1981 

 

 

 (doublé en 81) 

 

  Champion de France 10.000 m  

1978 - 1981

 

     

Vainqueur 20 Km de Paris

1981

 57' 35" 

     

  Vainqueur du Paris Versailles  

1976 (1ère édition) - 1981  
     

  Vainqueur des 25 km de Berlin   
Allemagne)

1981

1 h 15'

 

Au Total

   42 sélections en équipe de France

4 titres  de  champion  de  France

 

Mes Records

 

  5.000 mètres

13' 24'' 09  (Stockholm, 04/07/78)

10.000 mètres

28' 16''  64 (Championnats de France - Villeneuve d'Ascq, 27/06/80)
 

 

 

 

 

Les Objectifs

Mes performances réalisées :

Identité Sportive

 

Sur piste :

3000 m : 7' 49"
5000 m : 13' 24" 09
10000 m : 28' 16" 64

Sur route :

10 Km

: 28' 50"

20 Km : 57' 35" Paris
42,195 Km : 2 h 14'

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 3 janvier 2003 vers 15 h 30, je me présente au magasin de sport de Radhouane pour lui solliciter une petite interview sur son glorieux passé sportif et ses confrontations avec son ami feu "Jacky Boxberger".

 

Toujours aussi humble et accueillant, c'est avec courtoisie qu'il m'a octroyé quelques heures de son emploi du temps. Lui présentant dans un premier temps la réalisation de mon site personnel puis axant plus particulièrement l'ébauche d'une page consacrée à son passé sportif.  Immédiatement il remarqua cette question écrite sur l'écran " Qui suis-je pour Jacky ? ".

Il s'éloigna de quelques mètres et sans plus tarder débuta son tracé historique.

 

 

 

 

  Interview  :  Bruno C@pel 

 

 

 

 

 

 

 

" Qui suis-je pour Jacky ? "

   

Au tout début, Jacky était un adversaire talentueux mais surtout pas un ennemi car en course à pied, le profond respect de la personne existe.

Sportivement parlant, il était comme nous le disons dans notre jargon : 
" L'homme à abattre ".

 

Pour diverses raisons :

Il avait à 3 reprises, gagné l'épreuve phare de cross-country "Le Figaro".

En junior, il détenait le record du 1500 m en 3' 38".

 

Le suprême souhait de chaque athlète, était de le battre à la régulière sur une des épreuves car sa suprématie ne pouvait être contestée. Jacky régnait en roi.

 

 

Ce jour "J" est arrivé le 22 décembre 1978.

 

 

Je m'étais fortement bien préparé en forêt de Sénart (77) sur les parcours que je chérissais. Je connaissais les moindres détails, chaque allée, chaque arbre étaient mémorisés. Grâce à ces repères, à tout instant je pouvais mesurer mon indice de performance. Notre rencontre ne s'est pas faite sans accroc ce jour là, le vieux briscard de Jacky n'admettant pas qu'un jeune loup puisse le conquérir sur ses propres terres.

Moi j'étais déjà concentré sur ma future course "La corrida de SAO POLO" qui avait lieu 15 jours plus tard, mais il était écrit que ce jour de 22 décembre de l'année 78 serait le grand duel entre Jacky et Radhouane.

 

Une course qui reste gravée à jamais dans les anales et qui 25 ans plus tard titille encore les esprits.

 

 

Départ de l'épreuve Reine, celle des "AS", du cross du "Figaro". Le coup de pistolet est tiré et déjà 3 km de parcouru, 2 hommes en tête sont détachés avec une confortable avance de 30" sur le reste des poursuivants. L'épreuve se déroule sur un parcours de 12 km, Jacky est constamment à la relance afin de me lâcher au train. Comme j'avais battu Henry RONO la semaine précédente , j'étais aussi fort physiquement que dans ma tête. Inquiet, Jacky l'était, la seule manœuvre qu'il déploya fut l'attaque à outrance durant tout le parcours. Je m'accrochait comme une bête : " Qui ne lâche pas sa proie, ne cède pas un mètre ! ".

 

De mano à mano, ça a duré 98 % de la course, à l'abord de la dernière allée, dans la grande ligne droite Jacky s'est agacé et a commis un geste anti-sportif à mon égard en me maintenant avec son bras, voire son épaule, en direction des arbres. Au début j'ai pris cela comme un acte involontaire de sa part dû à la fatigue et au train d'enfer mené mais il insista à nouveau. Le premier contact fut mouvementé, à la 3ème reprise,  je répondis par un geste en le poussant d'un coup brutal.

 

Nous étions dans l'allée à l'abris des vues des officiels. A l'approche des 200 derniers mètres, il place un démarrage avec sa qualité de finisseur de quinze cent, je ne faiblis pas, à 50 m du final je place un contre et reviens à hauteur d'épaule. Tel ne fut pas la surprise lorsqu'il me vit, son visage se crispa et le doute s'installa en lui. Son regard sentit à cet instant que j'étais conquérant. A quelques mètres de la ligne d'arrivée, à la grande surprise générale, les médias, les officiels, les commissaires et les spectateurs ont vu que la victoire ne pouvait m'échapper. C'est alors que l'incident se produisit, Jacky déploya ces bras tel un sprinter de 100 m. Son bras arriva à hauteur du visage me masquant la vue et me barra le passage. Mon entraîneur, Bernard BUISSON, présent dans le final   porta immédiatement une réserve et demanda l'annulation provisoire du classement de l'épreuve.

 

 

Déçu par l'évènement passé, je n'ai pas souhaité sur l'instant couper la ligne d'arrivée. 2' sont déjà passées et toujours point de concurrent en ligne de mire. Tous les spectateurs me supplient de franchir cette foutue ligne pour être classé. Apercevant le 3ème concurrent arriver dans un sprint final, réflexion rapidement faite , je me suis dit : qu'une seconde place était déjà honorifique et que  les Dieux du cross me donnerait peut-être raison dans l'avenir .

 

10' plus tard, par le biais des hauts-parleurs, le jury annoncé la rétrogradation de Jacky à la seconde place et me sacré vainqueur de la compétition. 

 

 

Justice m'étais rendue, je partis serein pour la corrida de SAO POLO.

 

 


Par ces quelques mots, je tiens à le remercier profondément.
pour le temps précieux qu'il m'a concédé.

Petits  Conseils "  Amis Sportifs "
A
mis compétiteur, méfiez vous, très prochainement dans la catégorie vétéran 2,
on entendra à nouveau parler de Radhouane,
la poudre des runnings  parlera.

Surtout n'oubliez pas, qu' un homme avertit en vaut 2, alors à vos baskets.
 

 Bruno Capel, le 03/01/2003.

 

 

 

Radhouane à L'affiche année 1979 Sa Majesté Radhouane et son trophée

 

 

 

Marque déposée

Space Energy

 

Haut de page haut de page

  

Remonter page précédente

 

Page Accueil

Page informations